Accueil > Activités > Programmes de développement > Dossiers pays > MADAGASCAR - Données générales - Situation intérieure - Politique (...)

MADAGASCAR - Données générales - Situation intérieure - Politique extérieure

Enregistrer au format PDF version imprimable

Source : Ministère des Affaires Etrangères et Européennes

Politique extérieure 

- La diplomatie malgache est axée sur :

* l’entretien de bonnes relations avec le FMI, la Banque mondiale et les bailleurs bilatéraux (France, Union européenne, Etats-Unis)

* une meilleure intégration régionale : adhésions à la COI en 1982, au COMESA en 1993, à l’IOR-ARC en 1996, à la SADC en août 2005, demande d’adhésion à l’association des « petits Etats insulaires en développement » en janvier 2005, recherche de partenariats avec Maurice, l’Afrique du Sud, le Mozambique

* le développement de relations commerciales et de coopération avec l’Asie-Pacifique (Japon, Chine, déjà très présents, Thaïlande, Australie)

* la recherche d’une visibilité internationale, surtout sous les mandats de M. Ravalomanana, (participation du Président à de nombreux sommets, candidature pour l’organisation des sommets de l’ UA en 2009 et de la Francophonie en 2010).

- Madagascar a signé en avril 2005 le premier programme d’aide consenti par les Etats-Unis au titre du « Millenium Challenge Account » -MCA- (un programme de 110 M $ sur 4 ans essentiellement consacré au secteur agricole). Toutefois la seconde tranche a été gelée par les Etats-Unis en 2008 à la suite notamment des différends entre James Mc Gee, l’Ambassadeur américain, et Marc Ravalomanana au sujet de la société américaine Seaboard, laquelle est entrée en conflit avec la société du Président Tiko.

- Depuis mars 2009, et en raison de la crise politique, certains partenaires bilatéraux (Norvège, Etats- Unis) ont annoncé le gel total de leur aide. Les Etats-Unis ont annoncé le 23 décembre le retrait de Madagascar de l’AGOA.

- Depuis mars 2009, comme l’ensemble de la communauté internationale, l’Union européenne a clairement dénoncé le changement de régime anti-constitutionnel au profit d’Andry Rajoelina. Elle a suspendu, à titre conservatoire, la coopération communautaire : 630 M €, dont 577 M € au titre du 10ème FED (30 % d’ABG -170 M €- ; 40 % pour les infrastructures de transport -240 M €- ; 20 % pour le développement rural, l’agriculture et la sécurité alimentaire -120 M € ). Les consultations avec Madagascar dans le cadre de l’article 96 ont été ouvertes par une réunion à Bruxelles le 6 juillet 2009, le délai de 120 jours s’achevait le 6 novembre.

- Elle devrait procéder, avant fin février et au vu des conclusions du GIC, à la clôture des consultations au titre de l’article 96 de Cotonou. Alors que près de 60 millions d’euros d’aide ont déjà été perdus pour Madagascar sur l’exercice 2009, du simple fait de la mise en œuvre des « mesures prudentielles » de circonstance, la prise de « mesures appropriées » négatives ne manquerait pas d’accentuer les conséquences économiques et sociales de la crise. D’ores et déjà, l’échéance du 31 décembre 2009 étant dépassée, l’ensemble des conventions liées au 10ème FED seront à reprendre, impliquant un report de l’examen des projets d’au moins une année.

P.-S.

- Carte de Madagascar

Publié le lundi 28 février 2011, par CIDR

Recommander cet article Recommander ce contenu par email