Accueil > Activités > Programmes de développement > Rapports annuels > Rapports d’activités > Rapports d’activités 2011 > Rapport d’activités 2011 - Systèmes de santé et prévoyance sociale

Rapport d’activités 2011 - Systèmes de santé et prévoyance sociale

Enregistrer au format PDF version imprimable

I. Faits marquants de l’année 2011 

L’écart entre les performances des pays d’Afrique anglophones et francophones dans lesquels le CIDR intervient s’est accru en 2011. Les premiers ont mieux résisté à la crise et ont poursuivi une croissance soutenue, alors que les seconds ont moins progressé. En raison de la sensibilité du secteur de la micro-assurance à l’évolution du pouvoir d’achat des populations ciblées, ce contexte économique a indirectement pesé sur les résultats des programmes du département.

1.1 Afrique de l’Ouest

En Guinée, les élections législatives qui doivent permettre de relancer les partenariats de coopération avec les pays d’Europe se font toujours attendre. Dans ce contexte, et au vu des résultats obtenus, l’Allemagne a suspendu sa coopération. L’arrivée en force des compagnies minières s’est traduite par une forte augmentation du coût de la vie et de la demande en personnels qualifié. L’Union des Mutuelles de Santé de Guinée Forestière (UMSGF) a enregistré un turn over important de son personnel. Les dysfonctionnements constatés les années précédentes dans les services de santé on persistés malgré les interventions des bailleurs de fonds (UNICEF, FNUAP). Les effectifs d’assurés se sont maintenus essentiellement grâce à une forte progression des adhésions des écoles à l’assurance scolaire proposée par l’UMSFG. Les résultats du lancement du produit maternité sans risques ont fait l’objet d’une large diffusion. La suspension prématurée du financement du programme par le BIT Innovation Grant en juin 2011 a conduit l’UMSGF à ne fonctionner que sur les contrats qu’elle a pu négocier avec les Agences des Nations Unies (HCR, PNUD et UNICEF).

Au Sénégal, les effets de la campagne présidentielle de 2012 se sont fait sentir dès le deuxième semestre 2012, mobilisant les énergies sur les enjeux de court terme. Le travail préparatoire à la mise en place du PMAS a été achevé. Les assureurs ont communiqué les groupes contactés ou avec lesquels ils sont en négociation plus ou moins avancée. Il s’agit de groupes de taille importante, ce qui devrait permettre au PMAS (Pool de Micro Assurance Santé) de réaliser son plan d’affaires comme prévu. L’obtention d’une convention avec le Ministère de la Santé prend un temps plus conséquent que celui pressenti, mais devrait être finalisée début 2012. Elle devrait être finalisée au cours du premier semestre de l’année 2012.

1.2 Afrique Centrale

Au Tchad, après une année consacrée à la mise en place des CAM, Cellules d’Appui aux Mutuelles des régions du Mayo Kebi, du Moyen Chari et de Logone Oriental (ONG de développement de l’Eglise Catholique partenaires institutionnels du programme), les BELACD se sont activement impliqués dans la promotion des mutuelles, et ont joué un rôle utile de mise en relation avec les autorités sanitaires. Cinq mutuelles ont été créées dans les trois régions d’intervention et les premières prises en charge ont démarré à partir d’avril 2011.

1.3 Afrique de l’Est

La croissance des effectifs observée en 2010 s’est poursuivie en 2011 dans les trois programmes où le département intervient.

En Tanzanie, les effets de la croissance économique de 7 % enregistrée sur le pouvoir d’achat, pour le premier semestre 2011, ont été en partie annulés par une inflation de 8,7 % pour les non salariés. Le salaire minimum a été augmenté de plus de 50 %.

En Tanzanie, l’approche développée dans le District de Kyela est basée sur un cofinancement important des primes (par le District et par une compagnie de négoce de cacao, Bioland), et sur la distribution des produits de micro-assurance à travers le réseau commercial de Bioland. Cette approche a porté ses fruits puisque 15 000 assurés ont pu être couverts dès la première année. Au vu de ces résultats, le District de Mbozi a décidé d’adopter la même approche, qui sera mise en œuvre en 2012.

Au Kenya, suite à la volonté du NHIF de modifier le produit social proposé aux non salariés du secteur informel et agricole, l’arbitrage n’avait pas encore été effectué. Le réseau de Nyéri a poursuivi sa croissance basée essentiellement sur l’attractivité d’un produit à bas coût avec une garantie limitée aux hôpitaux du District, démontrant ainsi le bien-fondé de la stratégie « produits » mise en œuvre par l’ONG Afya Yetu Intiative (AYI) avec l’appui du CIDR. Le NHIF a reconnu le travail fait par AYI et le réseau des CBHF de Nyéri dans la distribution de son produit et a donné un accord de principe pour lui octroyer une commission basée sur le nombre de polices d’assurance vendues.

En Ouganda, le pays a connu des résultats économiques encourageants, et une certaine stabilité. Les élections présidentielles ont reconduit le Président sortant. L’amélioration de la qualité des soins, une des promesses de sa campagne, s’est traduite dès 2011 par des mesures énergiques en faveur de l’amélioration qualitative et quantitative de l’offre de médicaments. Si le programme de crédits santé a poursuivi sa croissance en termes d’effectifs, la question de la viabilité de ce mécanisme financier reste entière. Dans le district de Bushenyi, les adhésions au produit familial progressent lentement et le test d’un nouveau produit couvrant les femmes enceintes contre les risques liés à la grossesse (« safe motherhood ») n’a pas été concluant en raison de l’instauration récente de la gratuité des actes pris en charge dans les services publics.

Aux Comores, suite à l’investiture du nouveau président en mai 2011, une nouvelle équipe présidentielle a pris ses fonctions dans un contexte dominé par des retards de salaires des agents de la fonction publique de plusieurs mois à l’origine de grèves à répétition. La stratégie de marketing des produits via des groupes socioprofessionnels plutôt que via des mutuelles à base géographique a porté ses fruits (croissance de 274 % sur l’Ile d’Anjouan). L’évaluation de fin de phase faite en décembre 2011 a reconnu la pertinence du Service Commun de Gestion et sa fonctionnalité. Pour dynamiser les adhésions dont le niveau n’avait pas atteint les objectifs de la phase (55 %), l’évaluation faite en décembre 2011 a recommandé l’intégration des mutuelles dans une stratégie globale de financement des soins aux Comores qui reste à définir. Le processus de transfert mis en œuvre au cours de l’année devrait permettre à la FENAMUSAC d’assumer la maîtrise d’ouvrage du programme à compter du 1er mars 2012.

1.4 Nouveaux programmes

Durant l’année, le département a consacré un temps important pour le démarrage ou le montage de nouveaux programmes.

Le programme de promotion de la micro-assurance sur la ville de Lomé au Togo a été introduit en avril 2011 et a obtenu un accord de financement de l’AFD à la fin de l’année.

La conception du programme Afrique de l’Est a été finalisée. Le projet entend contribuer à la réduction de la vulnérabilité des populations aux revenus modestes face à la maladie, avec une attention particulière pour les conséquences financières du traitement des maladies liées au SIDA. Il vise à rendre possible un passage à l’échelle des dispositifs de micro-assurance existants couvrant les actifs du secteur informel en Afrique de l’Est et dans l’Océan Indien (Comores), en s’appuyant sur les réseaux nationaux Ougandais, Tanzanie et Kenyan, et sur les ONG promues par le CIDR. Il sera introduit aux bailleurs de fonds en 2012.

Une prospection a été réalisée en Côte d’Ivoire en juillet 2011 à la demande et en partenariat avec l’entreprises privée Biopartenaire dans le prolongement de celui établi avec Bioland en Tanzanie. L’objectif est de fournir une couverture maladie en priorité aux producteurs de cacao par l’intermédiaire de mutuelles, ouverte également à la population des zones d’achat de cacao.

En avril 2011, le CIDR a été informé que l’offre du groupement, dont le CIDR était le chef de file faite à la KFW et à l’AFD, avait été retenue. En raison des délais de négociations en interne et avec le Ministère de la Santé Camerounais, le démarrage du programme au cours de l’année n’a pas été possible. Le contrat a été introduit fin décembre pour signature par le Ministère de la Santé.

Publié le mardi 23 octobre 2012

Recommander cet article Recommander ce contenu par email