Accueil > Activités > Programmes de développement > Rapports annuels > Rapports d’activités > Rapports d’activités 2011 > Rapport d’activités 2011 - Entreprises agricoles, filières et marchés

Rapport d’activités 2011 - Entreprises agricoles, filières et marchés

Enregistrer au format PDF version imprimable

Evolution des programmes 

En termes de démarrage de nouveaux programmes, le département est en retard sur son POS mais il faut noter que trois programmes complets sont identifiés et élaborés sur les deux premières années du POS bien que n’étant pas encore mis en œuvre. L’impact de ces retards dans la mise en œuvre se fera essentiellement ressentir dans les indicateurs à fin 2012.

Indicateurs d’objectifs du département :

Nombre d’entreprises ou unités de transformation et/ou de commercialisation appuyéesréalisé au 31/12/2010cible au 31/12/2011réalisé au 31/12/2011
réalisé 53 58 60
Burkina ESOP 6 8 8
Mali ESOP 8 8 8
Togo ESOP 12 14 15
Bénin ESOP 8 10 10
Madagascar ESOP 6 6 8
Bénin CCR-B 11 12 11
Nombre de producteurs bénéficiant des services des entreprises et organisations appuyées réalisé au 31/12/2010 cible au 31/12/2011 réalisé au 31/12/2011
réalisé 14 794 39 350 61 863
Burkina ESOP 3 515 4 000 4 275
Mali ESOP 1 028 1 500 810
Togo ESOP 4 756 5 500 5 765
Bénin ESOP 1 792 3 000 2 171
Madagascar ESOP 298 350 242
Bénin CCR-B - 25 000 48 600
Nombre de salariés permanents et occasionnels (en ETP) des entreprises appuyées réalisé au 31/12/2010 cible au 31/12/2011 réalisé au 31/12/2011
réalisé 345 385 384
Burkina ESOP 42 45 34
Mali ESOP 103 80 79
Togo ESOP 109 130 178
Bénin ESOP 63 80 61
Madagascar ESOP 25 30 32
Bénin CCR-B - 20 NS
Revenus versés par les entreprises aux producteurs en équivalent emploi à plein temps réalisé au 31/12/2010 cible au 31/12/2011 réalisé au 31/12/2011
réalisé 2 229 2 980 2 534
Burkina ESOP 383 430 959
Mali ESOP 209 300 214
Togo ESOP 988 1 100 1 050
Bénin ESOP 236 400 311
Madagascar ESOP 413 500 ND
Bénin CCR-B - 250 ND

Accompagner la croissance et démultiplier la portée des plates-formes nationales d’appui aux entreprises agricoles en Afrique de l’Ouest et à Madagascar

Afrique de l’Ouest

Le département et ses partenaires (Agence pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise en Agriculture et Artisanat - APME.2A, Initiatives Conseils Développement - ICD, Entreprise, Territoires et Développement - ETD) se sont fixés comme objectifs à l’horizon 2015 de multiplier par trois le nombre d’ESOP promues et appuyées (cent entreprises) et que ces entreprises aient des relations contractuelles avec 35 000 producteurs.

En 2011, le rythme de progression est resté modeste : les programmes d’activité des plates-formes et du CIDR ont été adaptés aux partenariats engagés et aux ressources financières disponibles, pays par pays.

Certaines des négociations avec les partenaires financiers, notamment celles entamées par le CIDR pour une convention programme ont pris un temps important et ont obligé le département et ses partenaires à, à la fois, prendre des risques en termes d’investissements et à réduire le volume d’activités. Ces négociations auront cependant permis d’aboutir à un niveau de dialogue et d’échanges approfondi avec ces nouveaux partenaires financiers, par exemple avec les équipes sectorielles (approche proposée, capitalisation, plans d’affaires et perspectives des ESOP, fonds CRESA…) et transversales de l’AFD (mesure d’impact, financement des petites et moyennes entreprises…).

Ainsi, l’essentiel des activités a tourné autour de l’accompagnement des ESOP existantes, du renforcement des capacités des plates-formes, d’études préalables et de six opérations tests pour de nouvelles ESOP. Un certain nombre de travaux de capitalisation ainsi que des travaux préparatoires à la constitution du fonds CRESA ont également été menés.

La période a été consacrée à la recherche et l’élaboration de nouveaux partenariats techniques et financiers (Banque Mondiale pour ETD au Togo et Bénin, AGRA et ACCIR pour le Mali, ACCIR, Boussé, SOS Sahel et Direction Générale de la Promotion de l’Economie Rurale du Ministère de l’Agriculture (DGPER) pour le Burkina Faso).

L’appui du CIDR a été dédié entre autres à :

  • l’appui à la professionnalisation des plates-formes,
  • l’appui aux ESOP (technique de transformation, gestion),
  • l’appui management des connaissances (co-planification et participation aux travaux de capitalisation),
  • le co-pilotage du programme,
  • les travaux préparatoires au Fonds CRESA.

Principales actions et avancées par pays :

Au niveau du renforcement et de la reconnaissance des plates-formes :

réalisé au 31/12/2010 cible au 31/12/2011 réalisé au 31/12/2011
Nombre de zones d’intervention des plate-formes 20 23 25
Burkina ESOP (provinces) 4 provinces /13 : Bougouriba, Boulgou, Nahouri et Sissili 5 provinces 7 provinces
Mali ESOP (villes) 8 cercles (préfectures) /49 : Bougouni, Dioila, Koutiala, Niono, Kati, Ségou, San, Yanfolilia 8 cercles 8 cercles
Togo ESOP (région) 5 régions (savanes) 5 régions
Bénin ESOP (département) 4 départements /12 : Collines, Couffo, Ouémé et Zou 5 départements 5 départements
Nombre de filières développées par les entreprises 4 filières différentes 8 filières différentes 7 filières différentes
Burkina ESOP 2 filières : soja et riz + 1 filière + 1 filière : niébé =3
Mali ESOP 3 filières : lait, soja et fonio 3
Togo ESOP 2 filières : soja, riz +3 +1 : semences = 3
Bénin ESOP 2 filières : soja, riz +2 +1 : miel = 3

Les principales avancées de 2011 se sont traduites :

  • Par un renforcement des capacités des plates-formes sur le plan du management des connaissances. Au Mali, les cadres de la plate-forme ont pu s’appuyer sur leur travail pour bénéficier d’une formation à la capitalisation organisée par l’ONG DIAKONIA partenaire de ICD pour la mise en œuvre du programme, participer à un forum de capitalisation du Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI - également partenaire de ICD), réaliser une étude sur le soja comme « facteur de réduction de la pauvreté ». Au Togo et au Bénin, ETD a organisé pour son personnel deux réunions « management des connaissances » et ses équipes ont par ailleurs bénéficié de formations au management des connaissances grâce à une mission d’appuis du Centre de Formation et de Management des Connaissances (CFMC). Elles ont ainsi pu élaborer plusieurs documents de capitalisation.
  • Par des actions de formations et de conseil notamment sur l’analyse des rapports de gestion des ESOP.
  • Par la diversification des champs d’expertise et d’intervention : au Bénin, étude de faisabilité par ETD et élaboration de plan d’affaires d’une ESOP miel (+ étude de marché) et étude de la filière maraîchère dans l’Alibori ; au Burkina Faso, élaboration d’un projet de huilerie (trituration, et production d’huile et de tourteau de soja).
  • Par de nets progrès en termes de reconnaissance de la qualité des travaux et interventions des plates-formes dans leur environnement institutionnel. Au Burkina Faso : élaboration par la plate-forme avec le ministère de l’Agriculture (DGPER/MAH) des termes de références pour la première rencontre du groupe « soja »et pour l’élaboration d’un plan d’action national. La plate-forme a formé à cette occasion les agents d’encadrement du ministère de l’Agriculture sur les techniques de production de soja. Au Togo : mise en place de bases de collaboration avec les services techniques de l’Etat sur la filière semencière. Au Bénin : finalisation de l’étude sur l’alimentation des poules à base de soja torréfié avec l’université d’agronomie de Abomey Calavi.
    Preuve également de la reconnaissance des plates-formes dans leur environnement, il faut mentionner, au Togo et au Bénin, la négociation par ETD d’un partenariat financier avec la Banque mondiale permettant d’accompagner le significativement développement du réseau des ESOP sur 5 années (2012-2016) ainsi que la signature d’un accord pluriannuel entre ETD et l’organisation Evangelischer Entwicklungsdienst (EED). A partir de 2012, les fonds levés directement par ETD représenteront la majorité des montants affectés par ETD à ses plates-formes pour développement des ESOP au Togo et au Bénin.
  • Par des actions de communications, notamment au Burkina Faso avec la mise en œuvre par APME.2A d’un plan de communication (financement obtenu par APME.2A auprès du Programme de Renforcement des capacités des Organisations de la Société civile / Union Européenne PROS/ UE).

Au niveau de l’accompagnement financier des ESOP

réalisé au 31/12/2010 cible au 31/12/2011 réalisé au 31/12/2011
Nombre de dossiers d’entreprises suivis et appuyés par le fonds de capital développement réalisé 33 40 44
Bénin 8 sur 10
Togo 12 sur 15
Burkina 6 sur 8
Mali 8 sur 8
Pourcentage d’entreprises appuyées par le fonds ayant bénéficié de crédit auprès de banques ou d’institution de microfinance réalisé 54% 55% 50%
Bénin 4 sur 8
Togo 12 sur 12
Burkina 0 sur 6
Mali 1 sur 8
  • Dans tous les pays ont été menés des audits internes du fonds CRESA et préparés des audits externes sur les encours du fonds CRESA dans les ESOP. Ils seront effectués au premier trimestre 2012.
  • De nettes avancées ont également pu être concrétisées en termes de négociation avec les Institutions de microfinance (IMF) et, dans une moindre mesure, des banques et autres acteurs de la région pour la couverture des besoins en fonds de roulement des ESOP :
    • ainsi, au Mali ICD a appuyé avec succès une négociation de crédit pour l’ESOP de Ouéléssébougou (Soja – 25 millions FCFA BNDA) ;
    • au Togo : ETD a accompagné les ESOP pour la négociation de crédits avec deux nouvelles IMF (DEKAWOWO et Union Régionale des Caisses Locales d’Epargne et de Crédit - URCLEC) et une banque (BTD) ; établi des conventions de partenariat avec un organisme de garantie Agence Nationale de Promotion et de Garantie pour le Financement des PMI/PME (ANPGF) et une IMF (FUCEC) : les accords de financements obtenus par les ESOP représentaient 532 millions de FCFA,
    • au Bénin : l’appui de la plate-forme a permis aux ESOP d’obtenir pour crédits auprès d’IMF pour 80 millions de FCFA auprès d’IMF
    • au Burkina Faso, APME.2A a accompagné des ESOP dans la négociation d’avances financières auprès de clients provendiers.

Au niveau des ESOP

Sur les 41 entreprises (inclues celles en phase de toute première campagne test) d’Afrique de l’Ouest ont globalement été achetés 2500 T de riz, 1700 T de soja, 7.5 T de fonio, 8.4 T de Niébé, 185 000 litres de lait auprès de 13 000 producteurs sous contrats (cf. également plus haut le tableau reprenant les indicateurs d’objectifs du département). Leur chiffre d’affaires cumulé sur ces 4 pays est de 1,557 milliards de FCFA (2,37 millions d’euros).

Les avancées en 2011 sont notables malgré un environnement de travail parfois difficile (accès au crédit, délais de traitement des demandes de cofinancement plus longs que prévus, climat…) :

  • en termes de technique de management et de stratégie d’entreprises :
    • au Mali : cette année a vu la mise en œuvre d’un plan de redressement et de renforcement des entreprises (notamment des laiteries) élaboré lors de la mission d’appui technique et méthodologique du CIDR (mai), des tests de stérilisation du lait ont démarré dans le cadre de l’amélioration des process de transformation (absorption des surplus de production hivernale) ;
    • au Burkina Faso : mise en œuvre d’un tableau de bord dans les ESOP Léo et Po soja ; test de production pour l’ESOP volailles Niébé Boussé (SOS Sahel et Commune de Boussé) ; plan d’affaires d’une ESOP volaille dans la région du Plateau Central ; appui, pour le Conseil Régional du Centre, à six coopératives autour de Ouagadougou pour la production et la commercialisation de produits maraîchers ;
    • au Togo : opérations tests de production pour trois nouveaux sites d’ESOP à Mango (Savannes), Pagouda (Kara) et Elavagnon (Plateaux) ; mise au point d’un nouveau refroidisseur à soja et de nouveaux mélanges de farines alimentaires ;
    • au Bénin : opérations tests de production pour deux nouvelles ESOP dans la zone de Kandi (Alibori) (miel à Banikoara + riz à Karimama et Kandi) ;
    • au Togo et au Bénin : mise en place des procédures de gestion et de nouveaux tableaux de bord dans les ESOP (Togo également) ;
  • sur le plan commercial :
    • au Burkina Faso : l’ESOP Po Riz à travers sa négociation avec une société d’Etat, la SOciété NAtionale de GEstion des Stocks (SONAGES) ; les statuts et règlement intérieur du Réseau des Entreprises de Services et Organisations de Producteurs (RESOP) ont été élaborés ;
    • au Togo et au Bénin : lancement des nouveaux emballages et du nouveau logo de la marque « Riz Délice » et campagne de communication.
  • sur le plan des services aux producteurs :
    • au Togo : accompagnement au lancement d’un « service labour » pour les producteurs de l’ESOP Kovié.

Au niveau des producteurs :

De nouveaux types d’appuis ont été développés en 2011. Ils ont porté :

  • sur la structuration des groupements de producteurs, notamment au Mali pour la formalisation de dix coopératives de producteurs de soja ;
  • sur l’accompagnement au Burkina Faso d’organisations de producteurs hors ESOP (à Tuy et Fada N’Gourma) pour la livraison de soja brut aux ESOP ;
  • sur l’obtention de microcrédits aux producteurs pour l’achat d’engrais (Togo) ;
  • sur la négociation de la fourniture d’engrais aux ESOP auprès de programme d’Etat (Programme d’Urgence d’Appui à la Sécurité Alimentaire - PUASA au Bénin).

Publié le lundi 22 octobre 2012

Recommander cet article Recommander ce contenu par email